- F£0W3R -

16 octobre 2010

Les années se suivent...

Il y a 6 ans, je rentrais en PCEM1 (désormais appelée PACES, mais année qui reste néanmoins semblable à celles que j'ai connues). Je ne savais pas encore où je serais en 2010, si je deviendrai ou non un jour médecin. Je n'avais aucune idée quelle gueule aurait ma vie aujourd'hui.

Aujourd'hui donc, je suis en DCEM4. J'ai franchit avec plus ou moins d'aisance tous les caps, j'ai glandé en P2-D1, j'ai commencé à apprendre les vraies choses utiles quand je suis devenue externe. Les stages ont été une véritable bouffée d'oxygène, m'ont donné l'envie d'apprendre la médecine autrement que dans les bouquins.

 

Aujourd'hui je suis une vieille, et demain je serai un bébé interne.

 

Mais pour l'instant, je dois vivre, penser, manger, rêver Epreuves Classantes Nationales. Enfin, c'est ce qu'on voudrait que je fasse.

Je pense à ceux qui comptent les jours en rayant chaque jour de leur calendrier virtuel ou en papier accroché à leur mur, une larme à l'œil ou une goutte coulant de leur front fébrile.

Ceux-là, ils savent ce qu'ils veulent faire et savent quelle place ils doivent atteindre. D'ailleurs, on leur rappelle souvent. On leur dit qu'ils doivent bosser dur, s'entraîner encore et encore, que le moindre petit mot-clef fera la différence, leur assurera leur carrière et le reste de leur vie.

Alors ils se lèvent chaque matin, se rendent à l'hôpital dans le service de leur rêve, s'y donnent à fond, pour se faire bien voir.
Puis il est l'heure de rentrer, de regarder leur petit planning bien tracé à la règle et aux feutres de couleur. Aujourd'hui, il faut relire 10 items du module 4 surlignés déjà 5 fois et faire au moins 20 dossiers cliniques.
L'heure tourne, et bientôt il leur faudra aller se coucher pour être en forme le lendemain pour une journée semblable aux autres.

Caféine et Guronsan
®  sont les meilleurs amis du PCEM1, du DCEM4 aussi. En mai, les bêta-bloquants prendront le relais. En juin, la vodka fera d'eux des gens enfin épanouis d'en avoir terminé avec le stress de la compétition. En juillet, le champagne coulera à flots.

Je suis conditionnée : moi aussi j'ai mon planning, mes items à ingurgiter, et mes dossiers cliniques à rédiger.
Je suis fatiguée et stressée par ce rythme que je n'arrive plus à suivre : conférences, gardes, contrôle continu de CSCT (ma-gni-fi-que invention), cours.
Mon cerveau n'est pas assez extensible pour retenir tout ce qu'on me demande, mais je le force.
Même pas le temps de prendre du plaisir à faire des choses simples, de trouver un exutoire.

Aujourd'hui je suis en DCEM4, j'en chie, et je ne sais pas encore où je serai en 2014. Mais ce qui est sûr, c'est que je serai médecin.

Posté par Kenotte à 22:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


25 octobre 2009

Ligne directive

ordo


Ça y est, je sais ce que je veux faire.

Bah oui, j'étais entrée en médecine pour être médecin généraliste, puis ces cons là, ils m'ont donné envie de faire d'autres choses, comme de l'obstétrique surtout.

Avec les stages que j'ai déjà eus, je me suis rendue compte que l'hôpital, peu pour moi.
La hiérarchie, le travail en équipe où chacun à ses petites humeurs (moi compris), les dysfonctionnements, les gardes, les horaires, bof bof, surtout pour une nana.

Puis là, j'ai la chance de découvrir pendant 6 semaines le travail d'un médecin généraliste, médecin traitant, médecin de famille, médecin omnipotent, appelez-le comme vous voulez.

Ce médecin-là, il soigne une personne, avec son contexte, son histoire. Pas son organe défaillant.
Ce médecin-là, il s'occupe de jeunes, de vieux, d'enfants, de bébés, de parturientes, de drogués. Pas d'insuffisances cardiaques ou d'AVC.
Ce médecin-là, il écoute les gens, il est empathique, il les accompagne.
Ce médecin-là, c'est le premier qu'on voit quand ça va pas, et en plus il peut faire plein de choses sans qu'on doive aller aux urgences ou chez un spécialiste.
Ce médecin-là, c'est le premier qui gagne la confiance des patients.

Attention, je ne dénigre pas les spé, je pense juste que c'est ce métier-là qui est le plus fait pour moi.

Je sais maintenant où je vais et pourquoi j'apprends.

Posté par Kenotte à 00:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 avril 2009

La médecine, mon irrégularité, ma colère et moi.

AA043601


Ahlala, de longs mois sans nouvelle note... Il faut vraiment que je prenne La Blogothérapie de Tama comme exemple, et que je m'active un peu ici !

En guise de dépoussériage, un petit billet d'humeur (et non, pas d'humour) !



Depuis fin décembre, j'ai tenté de bosser, bossé un peu, validé un nouveau stage, et stressé.


Les 6 semaines de cours qui ont suivi mon stage de cardio ont été inaugurées par un oral, stressant. Quelques jours pour réviser la cardio, l'ortho, la rhumato, l'uro, la néphro, l'endocrino et la nutrition, c'était vraiment pas assez (tu m'étonnes...)
Finalement, la chance m'a sourit, et pour la première fois depuis de longues années (depuis le Bac à vrai dire), j'ai validé un oral ! Bon, aucun mérite, je suis tombée sur la rédaction d'une ordonnance d'un traitement qui se prescrivait tous les jours dans mon stage de cardio...


Puis se sont enchaînés la gastro-hépato, la pneumo, et un bout de neuro.


Et me voilà repartie vers l'hôpital. Les urgences, cette fois-ci.
Je n'avais aucune idée de là où je m'aventurais, dans cette hôpital de périphérie assez mal réputé.

Là, l'externe est dédié aux soins ambulatoires, comprenez tout ce qui n'est pas médical.
Entorses, fractures, plaies suturables, plaies non suturables, abcès, certificats de coups et blessures, contusions...
Mais aussi des douleurs dentaires, des choses pas urgentes (sensation de corps étranger sous cutané depuis 2 ans...), des problèmes ophtalmo...
Bref, j'ai vu plein de trucs, appris énormément de choses, me suis énervée quelques fois...
Encore un stage qui m'a bien plu. J'aurais énormément d'anecdotes à raconter, peut-être plus tard...
J'aurais voulu parler du patient qui m'a le plus marqué durant ces 6 semaines mais en fait, en y songeant, il n'y en a pas. Ou plutôt, il y en a trop.


Me voici repartie sur les bancs de la fac, chaque jour ou presque, pour terminer ce qu'il reste du lourd programme de cette année : la neuro, et la gynéco-obstétrique.



Quand j'apprends la gynéco, je me dis que ça me plairait vraiment d'en faire ma spécialité.
Mais j'y pense avec une pointe de tristesse.
La place à atteindre à l'ECN est vraiment trop haute pour moi, trop dur de l'atteindre.
Et depuis le séminaire de Médecine Générale qui nous a été dispensé, je me dis que ma place est là, on manque trop de médecins de premier recours, et ça me plait aussi.
Je suis entrée en médecine avec cette idée-là en tête. N'ayant jamais connu d'autre médecin avant, je n'avais que cette image-là de la médecine. Il était donc logique que je veuille être médecin généraliste.
Les cours d'embryologie de première année m'ont plu, et mon stage au bloc obstétrical à l'issue du concours aussi.
Je suis un peu perdue et tiraillée entre ces deux souhaits, problème qui se résolvera certainement par un non-choix, dans un peu plus de 2 ans.



Ahah, l'année dernière quand j'écoutais parler "les grands", les externes, quand je lisais les blogs des autres étudiants en médecine, tout ça me paraissait loin.
Aujourd'hui, la réalité me rattrape.

Réunion la semaine dernière, à propos des conférences de préparation à l'internat.
"Il vous reste à peu de choses près 800 jours avant les ECN"
Vlan, dans les dents.

"Les conférences sont quasi-indispensables pour la réussite du concours, mais il n'y a pas assez de places pour tout le monde, d'où la nécessité de probatoires."
Vlan, le retour.
Comprenez "il n'y a de la place que pour les meilleurs, pour les rendre encore meilleurs".
Les autres, les moins bons d'entre les bons (parce qu'à l'issue de la PCEM1, nous étions tous les meilleurs), on s'en fiche. On ne les aidera pas, parce qu'ils ne sont pas les meilleurs.
On ne les aidera pas à devenir de bons médecins. Parce qu'ils ne le méritent pas.

Pourtant, il n'est pas question de ça à mon sens. C'est la population qui mérite de pouvoir consulter de bons médecins. Et la santé irait bien mieux si les médecins étaient tous bons.
Si on ne réduisait pas l'égalité des chances à l'ECN.

Voilà Mesdames, Messieurs, pourquoi les médecins ne sont pas bons. Parce que les facultés (l'Etat !) ne leur donnent pas les moyens de le devenir.

345567077_small

Posté par Kenotte à 22:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

30 décembre 2008

Bonjour Madame, je suis l'externe du service !

83354289

Non non, cette note n'a rien de sentimental (quoique...), c'est juste que vient de s'achever mon tout premier stage d'externe ("vécu avec son lot d'hésitations et de réserve. Mais garde un potentiel certain" d'après l'évaluation faite par mon interne) en cardiologie.

Bon c'est sûr au début on se sent pas très à l'aise, un peu comme débarqué d'un naufrage sur une île pleine d'indigènes, on sait pas trop ce qu'on fout là, ce qu'on doit faire pour survivre, que faire pour se rendre utile, comment faire pour leur faire comprendre qu'au fond on n'est pas juste quelqu'un qui ne parle pas, tout ça.

Alors j'ai commencé par faire ce qu'on me demandait : aller chercher les dossiers aux archives, y ranger les bilans qu'on aura soigneusement classés avant, ainsi que les divers autres examens (ECG, écho coeur, etc), rédiger les bons et les déposer au bon endroit (après une loooongue recherche dans les loooongs couloirs de l'hôpital)...
Tant de choses réjouissantes qui font qu'on a vraiment envie de se lever le matin pour braver le froid d'abord, et être confronté à ces gens pas très sympas ensuite.

Mais j'ai finalement vite pris mes marques.
J'ai commencé par bluffer le médecin qui me voulait me coller sur le protocole de réalisation d'une épreuve d'effort (mais je vous rassure, il avait commencé par me coller un tas de fois sur la lecture des ECG, il avait même commencé par me dire "Allez d'abord apprendre ce qu'est exactement un ECG avant de vouloir l'analyser").

Puis j'ai fait mais premières entrées, posé mes premières hypothèses diagnostiques (fausses), demandé mes premiers avis, nouer mes premières vraies relations "externe-malade", fait mes premières recherches d'hypotension orthostatique, réalisé mon premier TR, rédigé mes premiers courriers de liaison, bref... Je suis devenue EXTERNE =)

(Non, pour ceux qui se posent la question, je n'ai pas fait d'ECG, il y a des infirmières exprès pour ça dans les services de cardio là, c'est génial)

Il y aussi eu les premières gardes.
Urgences pédiatriques pour commencer : pas très fatigant puisque couchée tôt, mais quand-même fatiguée par les parents qui sont vraiment usants !
SMUR ensuite : Nuit pleine d'adrénaline, même si je n'ai pas servi à grand chose... C'est quand même étrange de débarquer à 3 heures du matin chez les gens pour une TA...

Urgences médicales pour terminer : la plus fatigante des nuits de toute mon existence... Couchée à 6h30, ai fait des entrées toute la nuit, même celle de la "décompensation d'une psychose", mais fichtrement intéressante !

C'est peut-être un peu triste de dire que la meilleure semaine de mon stage a été la dernière, celle pendant laquelle mon interne et mon médecin étaient partis en vacances.
Le chef de service m'a donné énormément de responsabilités, j'avais peur de ne pas être à la hauteur, mais je m'en suis apparemment pas si mal sortie vus les compliments gênants auxquels j'ai eu droit le dernier jour.

Voilà, c'était triste de quitter l'hôpital qui était devenu ma maison, mes patients qui étaient devenus mes protégés
(surtout en cette fin d'année), mais je compte bien y retourner sous peu !


Ahah, puis maintenant j'ai un oral dans moins d'une semaine, et autant dire qu'à part la cardio, bah je ne connais rien...
Nephro is bad

 




Sinon pour parler de carrément autre chose, j'ai testé la Sécu ce matin.
Petit ticket à l'entrée : "Il est 8h07, vous êtes le n°21, il y a 5 personnes devant vous"

Tu m'étonnes qu'à 14h il y a 75 personnes devant toi si entre chaque personne le personnel discute, tape la bise à son voisin, boit son café et donne ses impressions du téléfilm de la veille...

83987864

Posté par Kenotte à 20:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03 novembre 2008

Item n°186 : Asthénie et fatigabilité

dodo

Ce dont se plaint notre patient


Je sais que je n'ai pas le droit de me plaindre, que j'ai vraiment de la chance d'être là, de me lever tous les jours pour bosser ces items dont je ne connais pas le chiffre exact, d'apprendre tout un tas de choses pour mon futur exercice (quoi que, si je deviens gynéco, pas sûre que certains trucs me soient vraiment utiles), et d'ingurgiter tout un tas de diagnostics, signes cliniques et paracliniques, et autres traitements...

Non, je sais bien que c'est vraiment génial d'être enfin externe, être enfin lancée dans la course à l'ECN...

Puis c'est vrai, je me plains déjà alors que je n'ai même pas encore commencé les stages (alors que je suis déjà payée pour ça, cherchez l'erreur !)...

Il n'empêche que je suis fatiguée, que je n'arrive pas à apprendre correctement et entièrement tout ce que je dois voir pour chaque ED, que quand les profs pètent les plombs en cours, bah ça m'énerve, que je suis irritable et de ce fait irritée.


Examen Clinique

Rien de bien spécifique.


Examens Complémentaires

Inutiles dans ce cas présent.


Traitement

Déchargez-vous de tous vos soucis, délestez-vous de tout ce qui vous préoccupe, prenez une bonne dose de vitamines, et au boulot !


Observance

Pas évidente.



Merci Docteur =)

App_Uro_G_nital
(Bah quoi ? Je suis en plein dans l'urologie...)

La prochaine fois, j'essayerai d'écrire quelque chose de positif ! C'est vrai quoi, y'en a marre de ces gens qui se plaignent sans arrêt ^^

Posté par Kenotte à 00:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,